Edit this Page

Le 5 septembre par Guillaume Quintin

Suite aux déclarations de Christophe Castaner, et au service après vente de Laurent Nunez en juin 2020, après les manifs contre les violences policières qui avaient rassemblé près de 25000 personnes à Paris, j'avais fait un Thread sur Twitter à propos de la BAC qui donne une vision des origines du racisme endémique dans la police française... Ces jours derniers, la sortie du film "BAC nord" avec Gilles Lelouch, fait beaucoup réagir, à juste titre, sur les réseaux sociaux. Lors de sa présentation à Cannes, un journaliste anglais avait fait remarquer au réalisateur qu'il déshumanisait totalement les habitants des cités et glorifiait les flics, même "border-line"...

Un peu d'histoire : "Les Brigades Anti Criminalité : de la guerre d'Algérie à la guerre des quartiers"

Attention c'est un peu long...

Tiré du site #Copwatch, des travaux de Didier Fassin , ainsi que des analyses de Mathieu Rigouste

I) Alors que les autorités avaient voulu afficher une certaine distance - de façade - avec le racisme institutionnalisé avant guerre et durant les années du régime de Vichy, notamment en abolissant à la libération la Brigade Nord-Africaine (BNA) chargée depuis les années 1930 de contrôler les « quartiers musulmans » de Paris, la police a vu se structurer dés le début des années 1950 de nouvelles unités dont la principale activité consistait dans la surveillance des « colonisés de la métropole ».

Au sortir de la guerre, en 1946, ont été créées les premières Brigades des agressions, remplacées en 1953 par les Brigades des Agressions et Violences (BAV) pour lutter contre la « criminalité nord-africaine », notion très prisée par les médias de l'époque. On retrouvait alors dans ces brigades des anciens d'Algérie rodés au contrôle des populations colonisées hors métropole.

A partir de 1958, la BAV s'est partagé le travail avec les Brigades Territoriales et les Équipes Spéciales de District, puis l'année suivante avec les Forces de Police Auxiliaire (FPA), dénommés les « harkis de Paris ».

Toutes ces brigades intervenaient sous l'égide du Service de Coordination des Affaires Algériennes (SCAA), dont le rôle était la surveillance et le fichage des activités algériennes en métropole. Constituées d'un grand nombre d'anciens agents des polices coloniales, elles ont mené une véritable guerre aux « ennemis intérieurs » qu'étaient alors les populations nord-africaines installées en métropole, n'hésitant pas à passer à tabac avec la bienveillance complice de leur hiérarchie. L'arabicide était alors une pratique bien ancrée dans la police française...

Dans les années 1960 sont apparues la « Brigade Z » et les « brigades de démolisseurs » ou « brigades de casseurs » constituées de 3 à 8 flics chargés de détruire les habitations et de gérer la démographie des bidonvilles, notamment celui de Nanterre, sous prétexte de lutter contre les réseaux du FLN algérien. Entre temps, les anciens d'Algérie s'étaient bien recyclé dans la répression des populations immigrées en métropole, en quittant la BAV pour intégrer les Brigades Territoriales, première version endocoloniale des Brigades Anti Criminalité, comme la 4ème Brigade Territoriale, basée à Saint-Denis, là-même où s'est établie la première BAC en octobre 1971. Au début des années 1970, les Brigades de Direction en Tenue (BDT) ou Civiles (BDC), puis les Brigades de Sécurité de Nuit (BSN) prenaient le relais la nuit des Brigades de Sécurisation de la Voie Publique (BSVP) qui intervenaient de jour. Les BSN ont été généralisées dans 30 circonscriptions en 1973. Il n'existait alors qu'une seule BAC, à Saint-Denis (BAC 93).

II) Au sortir des années 1960, les théories de contre-insurrection développées durant la bataille d'Alger et en Indochine avaient déjà bien pénétré les élites de la police française et contribué à façonner une stratégie de contrôle systématique des populations de banlieues.

L'objectif était alors de « pénétrer la population » pour mieux la contrôler, ce qui a donné naissance à des brigades de police incrustées au cœur des quartiers immigrés. "La BAC 93" est créée sur le principe d'une pacification désormais intérieure pour laquelle il faut des unités policières particulièrement rentables et productives, susceptibles de mener une guerre de basse intensité - autrement dit, des commandos policers" (Mathieu Rigouste, La domination policière). La création des BAC répond alors à une volonté politique de faire du chiffre en mettant sur pieds des brigades plus agressives. C'est le ministre de l'intérieur Raymond Marcellin* qui est à l'origine de cette mesure. C'est véritablement en 1974 que sont dissoutes les BSN et qu'apparaissent les Brigades Anti Criminalité (BAC) de nuit, établies alors dans 60 circonscriptions en banlieue parisienne. Dans la capitale, ce sont encore les Brigades de Sécurité de Nuit (BSN, encore parfois appelées Brigades de Direction Civiles) et les Brigades Mobiles d'Arrondissement (BMA et BMAN) qui mènent la « lutte contre la criminalité » jusque dans les années 1990. Le quadrillage policier des quartiers suit alors la logique de « l'ilôtage », qui rappelle le découpage par secteurs proposé par Trinquier dans « La guerre moderne » pour contrôler les populations colonisées.

Suite à la mort du brigadier Jean-Yves Ruelle et du gardien de la paix Gérard Croux lors d'une fusillade avec Philippe Maurice (dernier condamné à mort, gracié en 1981) le 7 décembre 1979, les BSN se voient dotés de revolvers de calibre 38 ou 9 mm et du blouson CRS facilitant la sortie rapide de leur arme. La mort d'un flic est toujours une bonne occasion de militariser davantage les forces de l'ordre, comme on a pu le voir avec l'adoption le 1er juillet 2011 du fusil à répétition calibre 7,62 mm suite à la mort d'Eric Lales à Vitrolles dans une fusillade. L'argument de la légitime défense brandi à cette occasion prend alors la forme d'un permis de tuer.

III) La BAC n'est généralisée à l'échelle nationale qu'en 1994 (BAC de nuit) et 1996 (BAC de jour), sous l'impulsion du ministre de l'intérieur Charles Pasqua.

C'est à cette même époque que se renforce la lutte contre l'immigration et la stigmatisation des immigrés nord-africains de seconde génération, présentés dans les médias comme des « sauvageons », plus tard comme des « racailles »...

Depuis, la BAC s'est structurée entre BAC locale, répartie par circonscription de sécurité publique (CSP) et patrouillant sur une ou plusieurs communes (à Paris, sur un arrondissement), et BAC départementale, répartie par direction départementale de sécurité publique (DDSP) et intervenant sur l'ensemble du département. Depuis leur création les brigades chargées de la lutte "anticriminalité", concept développé par François le Mouël, fondateur en 1964 de la première « brigade antigang », la Brigade de Recherche et d'Intervention, puis par le préfet Pierre Bolotte, ancien conseiller de De Lattre de Tassigny en Indochine, puis responsable du massacre d'une centaine d'ouvriers grévistes du bâtiment le 26 mai 1967 à Pointe-à-Pitre alors qu'il était préfet de Guadeloupe, ont axé leur intervention sur la « chasse » aux populations immigrées, désignées comme responsables d'une criminalité artificiellement gonflée par les rapports officiels depuis les années 1970. "François Le Mouël rédige un rapport pour justifier la recherche du 'flagrant délit' [...] Il engage à dépasser la logique 'du crime au criminel' pour une logique 'du criminel au crime' : en se cachant, en surveillant, en traquant, en laissant faire puis en intervenant. C'est le début du développement d'untités mobiles 'anticriminelles', en civil, dressées à surveiller et traquer les jeunes des classes populaires, à les provoquer pour mieux faire apparaître 'le crime' caché dans leurs corps suspects. La police anticriminalité est organisée en petites unités mobiles et relativement autonomisées pour capturer plus de 'criminels', plus vite et plus efficacement que la police judiciaire. Elle émerge avec les premières formes de conceptions managériales et néolibérales dans la gestion de la police [...]" (Mathieu Rigouste, La domination policière) La BAC est reconnue pour ses méthodes agressives et ses résultats impressionnants, dus notamment à leurs interventions sans ménagements et leur pratique quotidienne du contrôle au faciès. Elle est devenue une force d'occupation des quartiers, qui s'impose par la terreur qu'elle suscite. A défaut d'avoir pu mettre sur pieds une police « proche de la population » (ce qui constitue un mythe urbain), l'Etat a été contraint de remettre au goût du jour les méthodes de contre-insurrection éprouvées dans les anciennes colonies.

IV) Il suffira seulement d'observer les attitudes des flics de la BAC et de jeter un œil sur leurs insignes pour se rendre compte de leur caractère belliqueux et viril.

"Même s'il ne faut pas la prendre comme une simple reproduction fidèle de l'idéologie policière, l'iconographie utilisée pour ces pièces de tissu fièrement arborées sur les vêtements des policiers de la BAC en livre un certain imaginaire. Elle révèle la relation d'hostilité et le potentiel d'agressivité qui sont au principe de leur intervention. Car il ne s'agit pas seulement de jeux d'images sans conséquence. Par un effet de miroir, ces représentations reflètent une certaine vérité de leur action et se réalisent à leur tour dans leurs pratiques" (Voir : Didier Fassin, dans «La force de l'ordre», étude sociologique édifiante sur la police des quartiers.)

Mais sinon, y'a pas de racisme dans la police... 😉